Menu Fermer

Une lettre ouverte à Karl Wienhold et au magazine Roast

No Free Refills 01

Nous recevons beaucoup de courriers électroniques chez Sprudge, et récemment, quelques courriers inquiétants sont arrivés. Après mûre réflexion et à la demande des parties concernées, nous avons choisi de nous adresser à un forum public.

Le lundi 13 juillet, nous (étant les hôtes du réseau Sprudge Podcast Network, Ezra Baker et Tymika Lawrence, ainsi que les fondateurs de Sprudge, Jordan Michelman et Zachary Carlsen) avons reçu un courriel de Magazine Roast Connie Blumhardt, fondatrice et éditrice, et Karl Wienhold, auteur et importateur de café vert. Le message de Blumhardt comprend un message transmis par Wienhold, et les deux sont reproduits ici dans leur intégralité :

Connie Email

Karl Email

La réponse à cette question comporte trois volets : premièrement, pourquoi la demande implicite de l’éditeur du Roast Magazine, Connie Blumhardt, et de l’auteur Karl Wienhold est sans fondement ; deuxièmement, pourquoi ces courriels de Blumhardt et Wienhold sont inappropriés ; et enfin, pourquoi nous prenons la mesure inhabituelle d’aborder tout cela publiquement avec nos lecteurs.

La demande implicite est sans fondement car elle a été faite dans un vide de compréhension lié à la propriété intellectuelle, au domaine public et à l’utilisation commune. Le titre complet du prochain livre de Karl Wienhold est « No Free Refills » : Le café peut-il être durable ? Ni Roast Magazine ni Wienhold ne possèdent de droit d’auteur, de marque déposée ou de désignation Creative Commons sur le terme « No Free Refills ». Aucun droit exclusif de propriété intellectuelle ne s’applique à ce terme. S’ils en demandaient un, il est peu probable qu’ils le reçoivent ; le terme fait autant partie du domaine public du lexique américain que « No Parking », avec d’innombrables exemples d’utilisation antérieure. En ce qui concerne la confusion des médias sociaux, Wienhold ne détient même pas le compte Instagram principal appelé @nofreerefills ; son compte contient des caractères de soulignement et a été créé quatre ans après le compte principal.

Les courriers électroniques de ce type, qu’ils soient conscients ou non, constituent une demande qui renforce la culture du « tout m’est dû », et nous estimons que répondre discrètement revient à perpétuer le cycle. Pire encore, présumer que l’on s’attend à ce que Lawrence et Baker doivent une résolution à Roast « le plus tôt sera le mieux », c’est agir davantage à partir d’un lieu de droit inapproprié que par l’utilisation d’une expression commune.

Il est important de noter le contexte dans lequel ces communiqués ont été rédigés. No Free Refills est un projet personnel pour ses hôtes, Tymika Lawrence et Ezra Baker. Bien qu’ils soient tous deux des professionnels du café qui ont travaillé à de nombreux titres dans ce domaine et continuent de le faire, le contenu créé représente leur point de vue en tant qu’individus. Baker et Lawrence sont faciles à trouver sur les médias sociaux (Facebook, IG, Twitter, Linkedin) – mais Ezra n’a pas été contacté pour demander où il pouvait être joint, et ce courriel a été dirigé vers le lieu de travail de Tymika (d’ailleurs, une entreprise avec laquelle le magazine Roast a une relation d’affaires existante). Ne pas inclure Baker et utiliser le courriel du travail de Lawrence est, dans sa plus grande générosité, irrespectueusement paresseux. Au pire, c’est une pression professionnelle qui dévalorise le sens de leurs voix, ce qu’ils ont accompli professionnellement et pourquoi leur émission est importante.

Alors pourquoi répondre publiquement, dans un geste dont on sait qu’il suscitera des critiques ? Si nous partageons cet objectif, c’est avant tout parce que nous soutenons nos contributeurs. Tant de choses ont été dites, écrites, tweetées et marquées par des hashtags sur « Partager les histoires des Noirs » et « Élever les voix des Noirs » au cours des derniers mois, et c’est bien. C’est important. En tant qu’éditeurs, je me sens utile d’en faire partie. Mais ce n’est pas seulement un carré noir sur Instagram, ou une déclaration publique, ou un article tous les deux ans. Lorsque vous collaborez de manière significative et régulière avec des créatifs noirs, vous invitez un barrage de critiques, de courriels et de demandes apparemment polies. Parfois, tout cela ressemble à une coïncidence, et cela fait partie de l’histoire. Nous ne pouvons pas nous contenter de diffuser des contenus centrés sur des entreprises appartenant à des Noirs ou de défendre passivement les voix et les journalistes noirs ; nous devons aussi nous lever haut et fort lorsque ce travail est menacé. En tant qu’éditeurs, nous y croyons profondément.

Baker et Lawrence sont des collègues que nous respectons beaucoup et, en tant qu’éditeurs de Sprudge et du podcast No Free Refills, nous sommes heureux de nous tenir à leurs côtés et de leur répondre publiquement : non. Le podcast ne changera pas de nom, et Roast – éditeur respecté de journalisme sur le café – est libre d’utiliser la même expression pour son prochain livre, dans les conditions du domaine public.

Un nouvel épisode de la Pas de recharges gratuites Le podcast est sorti aujourd’hui, il est drôle et génial et vaut le temps que vous lui consacrez. Nous sommes fiers de le publier. Merci d’avoir lu Sprudge.

Jordan Michelman est co-fondateur et rédacteur en chef du Sprudge Media Network.

Zachary Carlsen est co-fondateur et rédacteur en chef du Sprudge Media Network.

Photo du haut d’Ezra Baker et Tymika Lawrence par Jeremy Hernandez pour Sprudge Media Network.

Cet article a été rédigé par Sprudge Staff et traduit par LesMachinesaCafé.com.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. LesMachinesaCafé.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.